Lettre ouverte à l UNAFTC et aux AFTC

Read Offline:

punaise  Lettre ouverte à l UNAFTC et aux AFTC… Troubles cognitifs inv :: [1206 lectures au 30 sept 2016]

 

Lettre ouverte à l UNAFTC et aux AFTC

 

Lettre ouverte à l UNAFTC et aux AFTC*… Troubles cognitifs invisibles ? Direction la rue !
*AFTC : association des familles de traumatisés crânien et cérébrolésés

 

Ce n’est pas par hasard si 50% des SDF (sans domicile fixe) et 30% des personnes incarcérées ont des antécédents de traumatisme crânien.

Ce handicap cognitif, pratiquement invisible, n’est ni connu ni reconnu… ou par exception.
Seuls les proches sont à même de mesurer l’étendue des dégâts ! l’accès à un emploi par exemple est devenu très difficile.

 

cassetete22.com a lancé l’opération 10000 signatures pour les TC « dits légers » ou modérés, Whiplash, AVC, blast… pour alerter. Avec le soutien des AFTC 22-35-01-24

1035 personnes au 29 février 2016 ont signé ! C’est à dire qu’ils se reconnaissent dans la description du document intitulé « outils de compréhension de notre handicap invisible ». Vécu, expérience de traumatisés crâniens. .
Plus de 180 ont laissé un commentaire ou un témoignage.
13 000 visites sur la page outils de compréhension… de ce site

Pour relayer les signataires j’ai rédigé une lettre ouverte aux AFTC et à leur union nationale l’UNAFTC que je diffuse largement et que vous pouvez aussi diffuser :

Traumatisés crâniens légers ou modérés, Whiplash, blast, AVC…
Avec un handicap cognitif persistant, invisible, [
(Pourtant pas une « maladie rare »)
Nous sommes, sans légitimité, sans reconnaissance, comme orphelins !

Espérons être entendus

 

Lettre ouverte UNAFTC AFTC  avril 2016

 

Read Offline:

95total visits,1visits today

2 réponses

  1. Cassetete22 dit :

    Quand on est traumatisé crânien, même léger, ou cérébrolésé :

    On comprend aisément que l’on puisse se retrouver vite fait à la rue, SDF:
    oublis à répétitions, absence de conscience de la situation, incapacité à gérer les papiers, non reconnaissance du handicap… 50% des SDF sont des TC.

    On comprend tout aussi facilement que 30% des détenus ait aussi des antécédent TC, d’après le Dr Eric Durand (dans l’émission Faire Face du 30 aout 2016 sur France 5- étude sur 1200 détenus à Fleury Mérogis). Irritabilité, propos violents, pétages de plombs… peu ou pas ou mal accompagné et c’est le plongeon !!!

    Ca serait presque une satisfaction que d’être passé au travers

  2. Cassetete22 dit :

    Commentaire n°1/2 :: Merci et bravo, encore une fois!
    Remonter Posté le 18/04/2016 par Karine

    Je ne sais pas si je trouverai les mots justes, car c’est poignant de lire votre lettre dans laquelle je me retrouve, avec profondeur et dans les moindres détails.

    Alors en quelques mots, je souhaite vous dire merci pour votre brillant travail encore une fois, et bravo pour votre effort de trouver les mots justes, d’exprimer le plus clairement possible et le plus exhaustivement possible les problèmes que nous rencontrons face à ce handicap invisible « léger » et persistant…

    Je sais qu’il est bien difficile (et c’est peu dire) d’exprimer avec justesse ce handicap qu’on ressens pourtant bien là, en notre âme et conscience, et dans les faits de notre quotidien (sauf que ça passe inaperçu parce que de l’extérieur on peut croire que c’est une volonté de moins sortir, de faire les démarches lentement, de ne plus travailler, etc). Et également à la vue des nombreux témoignages qui confirment bien mon présumé diagnostic: Même avant de lire votre témoignage, je me confrontais à tous les problèmes que vous évoquez par la similitude dans les moindres précisions, même mes proches ont reconnu dans vos propos nombre de mes propos et de mes difficultés. Y a juste des degrés de difficultés qui font la différence.

    C’est un combat qui mérite attention, parce qu’on se sent vraiment bafoués en plus du handicap… et comme vous dites, c’est en plus loin d’être une « maladie rare »! Au moins un peu plus de reconnaissance médicale, même non officiellement, ce serait déjà un pas… Soigner ce handicap par des anti-dépresseurs, c’est une solution par élimination, mais c’est loin d’être une bonne solution à mon sens si on ne fait que ça! Pour moi la dépression est surtout une conséquence de la charge des difficultés qu’on doit affronter, faute d’être soutenu par d’autres moyens…

    Au Canada en tout cas, ce handicap est mieux reconnu et pris en charge: Je pense que ça doit éviter ce poids de se sentir « non légitime » même face à des docteurs… Je ne sais pas si c’est prouvé par des chiffres, mais à mon avis ça doit déjà alléger la difficulté de vivre avec ce handicap, étant considéré ici comme « pas assez valide pour certains, mais pas assez handicapée pour d’autres »… Et puis apparemment s’il y a davantage de prévention, ça évite du coup de se faire violence et du coup ça peut permettre d’améliorer plus vite nos capacités… Si ça peut éviter des années d’errance ou une vie brisée, c’est pas rien!

    Bon courage à tous!

Laisser un commentaire