Opération 10 000 signatures pour les TC « dits légers », modérés …

punaise  Opération 10 000 signatures pour les TC « dits legers », modérés… :: [12328 lectures]  le 27 11 2016

 

10 000 signatures pour les Traumatisés Crâniens « dits légers », modérés …

avec le soutien des AFTC 22 , 35, 01 et 24 (Association des familles de traumatisés crâniens et cérébro-lésés)

 

Cassetete22.com lance un grand challenge

 Pour :

         – Diffuser nos expériences de vie au quotidien avec les séquelles d’un TC et partager nos connaissances pour aider utilement les personnes TCCL, leur famille et leur entourage
        – Obtenir la juste et indispensable reconnaissance de nos besoins, et ce, à tous les niveaux : personnel, familial, social, médical et juridique.

 

Nous ASPIRONS à être écoutés, à être entendus, à être compris !

Nous avons des choses à vous dire…

Est-il possible, actuellement, d’être entendu quand nous voulons parler de nos expériences et de notre vécu de TC avec son cortège de troubles de mémoire, de concentration, de fatigabilité, du comportement … Est-il tenu compte de la compréhension et de l’analyse que nous personnes TC, nous en avons ?

Aujourd’hui, la réponse est non…

Alors que la plus grande partie du corps médical en exercice reconnais (d’après ses propres dires) n’avoir qu’une formation anecdotique sur le sujet !

Pourtant notre légitimité ne peut absolument pas être mise en cause : puisque nous parlons de nous-mêmes !

Nous voulons alerter

– sur la gravité des perturbations qu’entraînent les troubles cognitifs consécutifs à un TC dans la vie quotidienne, sociale, professionnelle, familiale. Séquelles aujourd’hui considérées comme étant mineures, parce que l’imagerie classique ne voit rien, et celle qui permettrait de voir est ignorée* : Les professionnels de la santé assimilent donc, classiquement nos troubles à des problèmes psychiatriques !

– Sur le fait que l’apparition de ces troubles n’arrive pas par hasard, et qu’en respectant « certaines règles » acquises par l’expérience « des anciens », on pourrait améliorer à moindre frais le quotidien des personnes TC et de leur entourage.

– Sur notre volonté que soit prise en compte et respectée « notre expertise », par les soignants afin que bien des TC, enfermés aujourd hui dans leur « mal être », soient enfin libérés ! Permettre surtout d’anticiper bien des dérapages dont ils sont victimes et qui sont pourtant prévisibles.

Le document : « Outils de compréhension de NOTRE HANDICAP INVISIBLE… vécu, expériences, réflexions de traumatisés crâniens. » est disponible, pour VOUS apprendre à mieux NOUS connaître ! Des centaines de témoignages nous parviennent qui en prouvent l’utilité ;

Ce document permet aux personnes TC :
– de se reconnaître et se connaître
– de comprendre « leurs fatigues » considérées à tort comme « passagères » ; leurs troubles assimilés à des troubles « psychiques »
– de sortir enfin de l’isolement profond dans lequel elles sont plongées
Il aide et soutient tous ceux qui souffrent de troubles cognitifs.

*IRM de tenseur de diffusion – tracking de fibre

 

QUI est CONCERNE par l’ OPERATION  10 000 signatures ?

Toute personne :
– qui se reconnait elle-même, traumatisés crâniens « dits légers », modérés ou graves –
ou
– qui reconnait un membre de la famille, un ami, un collègue… dans les symptômes ou comportements décrits dans le fascicule :

Outils de compréhension de notre handicap invisible
Vécu, expériences, réflexions de traumatisés crânien.
Pour lire ou télécharger iciTC outils de compréhension handicap invisible

Ce document, accompagné des signatures recueillies, sera remis aux différentes instances concernées par les conséquences du traumatisme crânien

afin de faire sortir de l’ombre la population « transparente » des traumatisés crâniens « dits légers » à troubles persistants.

 

Parce que seuls, nous manquons de crédibilité !

Participez et signez ici : : lien pour signer

Pour nous avoir accordé votre attention : MERCI

N’hésitez pas à envoyer ce lien très largement…famille, amis, collègues; faîtes le tour de votre carnet d’adresse ! l’impact de l’oprération est conditionné par le nombre de signatures recueillies.

Toute association, organisme, entreprise…, qui se sentent concernés sont invités à s’associer au projet. Son nom sera mentionné sur son autorisation.
email anti-spam

 

bilan d’étape au 29 février 2016

le seuil des 1000 signatures est dépassé !

 

A la demande de nombreux internautes, ci dessous le bilan d’étape de l’opération

ici : Bilan de l’opération 10 000 signature pour les TC février 2016

 

385total visits,2visits today

4 réponses

  1. cassetete22 dit :

    Il faut vivre avec eux pour prendre la vraie mesure du handicap.
    Remonter Posté le 28/01/2016 par Robert (Visiteur)

    J’ai une fille qui a subi un très grave traumatisme crânien causé par unautomobiliste qui l’a fauchée lors d’un feu rouge non respecté.
    Elle a fait 3 mois de coma total. Elle est reconnue handicapée à 90%.

    Depuis 33 ans je participe aux associations de familles de traumatisés crâniens; j’ai donc eu l’occasion de connaître de nombreux traumatisés.

    Il est très vrai que les traumatisés dits « légers » sont souvent victimes de séquelles graves pour eux-mêmes et ceux qui les entourent, même s’il est difficile de s’en convaincre de prime abord. Il faut réellement les voir dans leur vie de tous les jours pour s’en rendre compte : fatigabilité, irritabilité, lenteur, manque de concentration, défaut de mémoire, etc…
    Cela peut entraîner de graves conséquences tant dans leur capacité à travailler que dans leurs rapports sociaux ou familiaux.

  2. cassetete22 dit :

    j’espère qu’en rassemblant plus de signatures nous seront mieux compris
    Remonter Posté le 23/06/2015 par Angélique (Visiteur)

    bonsoir,

    je suis une traumatisée crânienne depuis 28 déc 1999 dans un accident de voiture où j’ai perdu mon frère.Depuis ce moment-là, ma vie a basculé : une vie cassée comme un miroir ou un vase. J’ai dû me battre pour réapprendre des automatismes, refaire fonctionner ma mémoire, me donner des repères afin de me sécuriser dans un monde qui va vite, plus vite pour nous. Aussi, quand les gens parlaient, je n’entendais que de la musique, au mieux un mot dans une phrase. Les mots passaient comme une savonnette dans ma main. Ce traumatisme a fini par m’isoler de la vie sociale. mais fort heureusement, étant une battante et ayant des amis et des collègues formidables, je me suis accrochée. J’ai rencontré des psychothérapeutes bienveillants et ai rencontré la méthode Tomatis. Cette méthode est révolutionnaire car elle m’a aidé sur certains points et pas des moindre comme :
    – mieux supporter le bruit et le variations climatiques;

    – mieux suivre une discussion ; la concentration ; – l’estime de soi ; le joie de vivre.

    J’ai cependant encore des difficultés mais je souhaite que ce témoignage aide d’autres personnes. J’aimerais à l’avenir écrire un ouvrage avec d’autres personnes qui ont eu un traumatisme crânien, même léger comme moi afin de dire aux autres que nous ne sommes pas des malades psychiques mais avant tout des personnes à part entière qui ont des troubles neurologiques comme la mémoire, la concentration, l’attention, de grosses fatigues, des sensibilités plus exacerbées au bruit, à la lumière, des difficultés à s’organiser, à travailler vite. Les traumatisés crâniens souffrent de ne pas être comprises même par l’entourage.

    Je suis contente de connaître ce site et ce grâce à Florence, également, traumatisée crânienne. J’espère qu’en rassemblant assez de signatures ; nous serons mieux compris. Proches et moins proches peuvent apporter leur soutien. Merci à toutes et à tous de déposer leurs signatures.

    Angélique

  3. cassetete22 dit :

    ré-apprendre, recommencer une vie
    Remonter Posté le 06/06/2015 par Mélinda (Visiteur)

    Mon accident date de 2001.
    Traumatisme crânien avec perte de connaissance.Fracture tibia péroné.fracture os propre du nez et fracture de l’anneau obturateur droit.
    Depuis ce jour ma vie a réellement basculé vers l’inconnu.L’impression de tout ré-apprendre.Recommencer une vie.

    Le médecin expert a minimisé mon ressenti quand j’ai exprimé que je ne me sentais plus comme avant et perte de mots. Vraiment la sensation de bâcler l’histoire.(Et au suivant)… Il m’a laissé comme ça seule au milieu d’une vie que je ne comprenais plus.
    Par vos témoignages on est aujourd’hui dans un chemin d’espoir. Difficile d’exprimer que les bruits, la télé, la musique sont par moment une fatigue supplémentaire. Ma vie sociale a été chamboulé. C’est pas un automatisme comme avant.

    J’aimerai parfois exprimer certaines choses et les mots me manquent… Je ne suis plus dans la conversation. (Je me perd). J’ai mis du temps à écrire ce commentaire mais je tiens a m’exprimer pour la honte qui m’a envahi pendant plusieurs années. Et pour ne pas tomber, se battre au quotidien .
    A nous d’essayer de faire part de cette souffrance intérieure pour une reconnaissance humaine.

    merci pour votre site

    Mélinda

  4. cassetete22 dit :

    Posté le 06/07/2012 par sylvie

    super initiative et très beau travail
    je signe et je fais circuler
    j’espère que nombreux seront ceux qui feront de même

Laisser un commentaire