Dysfonctions endocriniennes suite à traumatisme crânien

 

 

 « Le traumatisme crânien et l’hémorragie sous-arachnoïdienne constituent actuellement des causes importantes d’hypopituitarisme acquis de l’adulte… »  D’après La publication de la Revue Médicale de Liège; plusieurs autres études plus récentes vont dans le même sens!

Pour les auteurs belges, les traumatismes crâniens en sont la cause! et provoquent des troubles cognitifs, comportementaux, fatigabilité…

La lecture qui est régulièrement faite dit l’inverse: que le déficit hypophysaire est la cause des problèmes (cognitifs…)… Il s’agirait alors d’une erreur de diagnostic ? Ce serait alors un handicap pour la récupération des patients,  et en prime cela élimine une séquelle imputable au Trauma Crânien, au grand bonheur de l’assureur !!!

 

Résumé de l’étude Belge déficit hypophysaire suite à traumatisme crânien

Hypopituitarisme consécutif aux atteintes cérébrales:  le traumatisme crânien et l’hémorragie sous-arachnoïdienne mis en cause.
publication de la Revue Médicale de Liège en 2009

RÉSUMÉ : La prévalence de l’hypopituitarisme est largement sous-estimée et son étiologie est souvent méconnue. Le traumatisme crânien et l’hémorragie sous-arachnoïdienne constituent actuellement des causes importantes d’hypopituitarisme acquis de l’adulte. Les traumatismes crâniens représentent un problème majeur de santé publique, avec une incidence annuelle de 300 cas par 100.000 habitants,soit en Belgique 30.000 patients
par an. L’hémorragie sous-arachnoïdienne représente quant à elle six cas par 100.000 habitants aux USA et on l’estime à 600 nouveaux cas par an en Belgique. Dans l’hypopituitarisme secondaire aux traumatismes crâniens, 14 séries rétrospectives et prospectives identifient chez 1.077 patients un déficit en GH ou somatotrope (14%des patients),un déficit en ACTH ou corticotrope (14%),undéficit en LH/FSH ou gonadotrope (18%),un déficit en TSH ou thyréotrope (7%) et un déficit en ADH ou diabète insipide (4%). Dans l’hémorragie sous-arachnoïdienne trois séries rétrospectives totalisant 110 patients rendent compte d’un déficit en GH(25%), en ACTH(15%), gonadotrope -LH/FSH-(8,5 %), enTSH (6%) et d’un diabète insipide (4%); une
seule étude prospective est disponible.Nous faisons le point sur ces données récentes et discutons du diagnostic et de la prise en
charge de l’hypopituitarisme secondaire au traumatisme crânien et à l’hémorragie sous-arachnoïdienne.
Mots-clés : Hypopituitarisme – Insuffisance hypophysaire –
Trauma crânien – Hémorragie sous-arachnoïdienne.

Lire l’étude: deficit hypophysaire suite a Traumatisme crânien. revue medicale Liege 2009

 

Une revue bibliographique du service d’endocrinologie de l’Hopital Bicêtre

La revue bibliographique de l’hopital Bicêtre de 2009 conforte l’étude belge ci-dessus

Lire la revue: Dysfonctions endocriniennes au cours des traumatismes crâniens

 

 HYPOPITUITARISME CONSÉCUTIF AU TRAUMATISME CRÂNIEN

La Mise à jour publiée en 2018 dans la revue Neurone enfonce le clou ! Voici une partie de conclusions (par Hernan Valdes-Socin, Sarah Daniel, Albert Beckers,service d’Endocrinologie, CHU de Liège Belgique )

Conclusions: « L’insuffisance hypophysaire (partielle ou complète) est un diagnostic à ne pas méconnaître après un traumatisme crânien. Le clinicien ne doit pas sous-estimer la symptomatologie insidieuse des anomalies endocriniennes s’exprimant par de l’asthénie, une perte de libido, une dépression et une perte de force musculaire.

La plupart du temps, ces symptômes sont confondus avec le «syndrome post-commotionnel». Les patients survivant à un TBI peuvent combiner des séquelles neurocognitives et endocriniennes, ce qui retarde et complique leur réinsertion professionnelle. Par ailleurs, l’hypopituitarisme peut déterminer une aggravation de l’état psychique et physique des patients ayant souffert d’un traumatisme crânien, mais ces symptômes sont potentiellement réversibles… »

Pour lire l’article complet, clic sur le lien ci-dessous

lien : HYPOPITUITARISME CONSÉCUTIF à traumatisme cranien Neurone 2018

Université Liège Neuron 2018

 

PROBLEMES DE THYROIDE (thyroïdite)

Dans leur publication « Dysfonctions endocriniennes au cours des traumatismes crâniens », Philippe Chanson et Sylvie Salenave du Service d’Endocrinologie et des Maladies de la Reproduction, Hôpital de Bicêtre,  et de l’Université Paris-Sud relève que la fonction Fonction thyréotrope peut être affectée. « Elle est généralement appréciée par la mesure de la T4 plasmatique : si celle-ci est basse sans élévation de la TSH, le diagnostic est fait. Le déficit thyréotrope est plus rare : entre 1 et 10 % des patients auraient un déficit thyréotrope [2-20, 31] ».

On peut passer facilement à côté du diagnostic et être orienté vers des traitement à base de psychotropes utilisés pour les états dépressifs, anxiété… ce qui ne peut qu’aggraver la situation!

 

Le cas particulier de la thyroïdite de Hashimoto.

C’est une maladie auto-immune, causée par l’action d’anticorps qui agressent ses propres cellules, dans ce cas localisées à la thyroïde. Elle est beaucoup plus fréquente chez les femmes et représente 20% des maladies de la thyroïde. En cas de dépistage de problèmes thyroïdiens, il faut élargir les tests habituels si l’on veut détecter la thyroïdite Hashimoto.

Présentation d’un livre par Izabella Wentz, Docteur en Pharmacie:

Hashimoto’s Thyroiditis: Lifestyle Interventions for Finding and Treating the Root Cause

 La Thyroïdite d’Hashimoto, Interventions sur le style de vie pour trouver et traiter la cause initiale.

Traduction de la présentation : Madeleine Chevassus, 2020

Lire la traduction:  Présentation en français

 

L’Association cassetete22 Entraide TC est  à votre écoute

logo de l'association cassetet22 entraide TC

 

Vous ne vous sentez pas  entendu ou compris quand vous parlez de votre vécu de traumatisé crânien ou cérébrolésé, …vous voulez mieux comprendre un enfant, un conjoint….  L’Association cassetete22 Entraide TC  peut vous aider si vous le souhaitez.

Nous sommes un groupe de traumatisés crâniens « expérimentés » prêt à partager son expérience… forme de pair-aidance. Pour découvrir le soutien d’Entraide TC :  Le soutien d’Entraide TC en pratique

N’hésitez pas à prendre contact, nous sommes là pour vous.

 

 

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Un commentaire sur “Dysfonctions endocriniennes suite à traumatismes crânien

  1. MERLEY says:

    suite à un traumatisme cranien très important dans l’enfance (j’avais 7ans),j’ai commencé à avoir des problèmes de thyroide (mais là hyperthyroidie qu’ils ont voulu appeler basedow 4 à 5 ans après. J’avais eu aussi avant, très tot des règles.Puis quand commencé signes d’hyperthyroidie j’ai eu aussi problèmes vue .J’ai donc été des années sous néomercazol mais seulement vers 16 ou 17 ans?? on me l’a presque toute enlevée. Petits détails meme si en hyperthyroidie j’ai eu l’inverse donc au lieu maigrir j’ai grossi.Merci d’avance du retour car j’aimerai savoir si d’autres personnes ont été dans mon cas donc problèmes thyroide après accident car médecins jamais voulu reconnaitre en séquelles de l’accident

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.