Ce que les victimes d’une lésion cérébrale veulent que vous sachiez

La très grande majorité des témoignages de traumatisés crâniens sur www.cassetete22.com.  mettent en avant les difficultés de compréhension  avec notre entourage: médical, familial, social… provoquant très souvent  un grand isolement. C’est d’ailleurs ce qui a motivé à création de l’association cassetete22 Entraide TC. https://www.cassetete22.com/lassociation-cassetete22-entraide-tc/

L’article ci-dessous a été rédigé avec la collaboration de groupes de cérébrolésés.

Par ses explications, il peut contribuer à “fluidifier” et apaiser des relations parfois difficiles… en tout cas à limiter les réflexions désagréables qui sont blessantes.

 

Ce que les victimes d’un traumatisme crânien veulent que vous sachiez

Brainline.org *       Barbara J. Webster, Lash & Associates  (Traduction automatique)

 

J’ai besoin de beaucoup plus de repos qu’avant. Je ne suis pas paresseux. Je ressens de la fatigue physique et une «fatigue cérébrale». Il est très difficile et fatigant pour mon cerveau de penser, de traiter et d’organiser. La fatigue rend encore plus difficile la réflexion.

Mon endurance fluctue, même si je suis beau ou «tout meilleur» à l’extérieurLa cognition est une fonction fragile pour un survivant d’une lésion cérébrale. Certains jours sont meilleurs que d’autres. Pousser trop fort conduit généralement à des revers, parfois à la maladie.

La rééducation des lésions cérébrales prend très longtemps. Il est généralement mesuré en années. Elle se poursuit longtemps après la fin de la réadaptation formelle. S’il vous plaît, évitez de vous attendre à ce que je sois qui j’étais, même si je suis plus beau.

Je ne suis pas difficile si je résiste aux situations sociales. Les foules, la confusion et les sons forts surchargent rapidement mon cerveau, il ne filtre pas les sons aussi bien qu’avant. Limiter mon exposition est une stratégie d’adaptation, pas un problème de comportement.

S’il y a plus d’une personne qui parle, je peux sembler indifférent à la conversation. C’est parce que j’ai du mal à suivre toutes les «lignes» de discussion. Il est épuisant de continuer à essayer de tout rassembler. Je ne suis ni stupide ni grossier; mon cerveau est surchargé!

Si nous parlons et que je vous dis que je dois arrêter, je dois arrêter MAINTENANT! Et ce n’est pas parce que j’évite le sujet, c’est juste que j’ai besoin de temps pour traiter notre discussion et «faire une pause» de toutes les pensées. Plus tard, je pourrai reprendre la conversation et être vraiment présent pour le sujet et pour vous.

Essayez de remarquer les circonstances si un problème de comportement se pose. Les «problèmes de comportement» sont souvent une indication de mon incapacité à faire face à une situation spécifique et non à un problème de santé mentale. Je peux être frustré, souffrir, être fatigué ou il peut y avoir trop de confusion ou de bruit pour que mon cerveau puisse filtrer.

La patience est le meilleur cadeau que vous puissiez me faire. Cela me permet de travailler délibérément et à mon rythme, de reconstruire des voies dans mon cerveau. La précipitation et le multitâche inhibent la cognition.

S’il vous plaît écoutez-moi avec patience. Essayez de ne pas interrompre. Permettez-moi de trouver mes mots et de suivre mes pensées. Cela m’aidera à reconstruire mes compétences linguistiques.

Veuillez patienter avec ma mémoire . Sachez que ne pas vous souvenir ne signifie pas que je m’en fiche.

S’il vous plaît ne soyez pas condescendant ou ne me parlez pas comme si j’étais un enfant. Je ne suis pas stupide, mon cerveau est blessé et ça ne fonctionne plus aussi bien qu’avant. Essayez de penser à moi comme si mon cerveau était dans un casting.

Si je semble «rigide», avoir besoin de faire les tâches de la même manière tout le temps; c’est parce que je suis en train de recycler mon cerveau. C’est comme apprendre les routes principales avant de pouvoir apprendre les raccourcis. La répétition de tâches dans le même ordre est une stratégie de réhabilitation.

Si je semble «coincé», mon cerveau peut être bloqué dans le traitement de l’information. M’entraîner, suggérer d’autres options ou demander ce que vous pouvez faire pour m’aider peut m’aider à comprendre. Prendre le relais et le faire pour moi ne sera pas constructif et me fera me sentir insuffisant. (Cela peut également indiquer que je dois faire une pause.)

Vous ne pourrez peut-être pas m’aider à faire quelque chose si cela nécessite que j’interrompe fréquemment ce que je fais pour vous donner des directives. Je travaille mieux seul, un pas à la fois et à mon rythme.

Si je répète des actions, comme de vérifier si les portes sont verrouillées ou si le poêle est éteint, il peut sembler que j’ai un TOC – trouble obsessionnel-compulsif – mais ce n’est peut-être pas le cas. Peut-être que j’ai du mal à enregistrer ce que je fais dans mon cerveau. Les répétitions améliorent la mémoire. (Cela peut aussi indiquer que je dois m’arrêter et me reposer.)

Si je semble sensible, cela pourrait être une instabilité émotionnelle à la suite de la blessure ou un reflet de l’effort extraordinaire que cela prend pour faire les choses maintenant. Les tâches qui semblaient «automatiques» et qui demandaient un minimum d’efforts prennent maintenant beaucoup plus de temps, nécessitent la mise en œuvre de nombreuses stratégies et sont d’énormes accomplissements pour moi.

Nous avons besoin de pom-pom girls maintenant, comme nous recommençons à zéro, comme le font les enfants quand ils grandissent. S’il vous plaît, aidez-moi et encouragez tous vos efforts. S’il vous plaît ne soyez pas négatif ou critique. Je fais de mon mieux.

Ne pas abandonner l’espoir. Nous en apprenons de plus en plus sur l’étonnant cerveau et des informations remarquables sur la guérison apparaissent quotidiennement dans les actualités. Personne ne peut savoir avec certitude quel est notre potentiel. Nous avons besoin d’espoir pour pouvoir utiliser les nombreux, nombreux mécanismes d’adaptation, adaptations et stratégies nécessaires pour naviguer dans nos nouvelles vies. Tout ce qui est unique dans notre vie est extrêmement difficile pour nous maintenant. Il serait facile d’abandonner sans espoir.

Créé avec l’aide du groupe de soutien aux victimes de traumatismes cérébraux “étonnant” de Framingham, MA.

Publié sur BrainLine.org le 28 juillet 2011. Révisé le 25 juillet 2018. *Site américain sur le traumatisme crânien et syndrome de stress post traumatique

 

 

Association cassetete22 Entraide TC                  

Notre Expertise ?  L’Expérience !

association loi 1901

Vous vous sentez plongé(e) dans un monde inconnu ?  Vous cherchez à comprendre, vous exprimer ?

Vous ne vous sentez pas  entendu ou compris quand vous parlez de votre vécu de TC, traumatisé crânien ou cérébrolésé, avec son cortège de troubles de mémoire, de concentration, du comportement, de fatigabilité, …vous voulez mieux comprendre un enfant, un conjoint….

vous avez besoin de soutien ? contactez nous. Nous sommes un groupe de traumatisés crâniens prêt à partager son expérience… forme de pair-aidance.

https://www.cassetete22.com/lassociation-cassetete22-entraide-tc/

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aller au contenu principal