Après son traumatisme crânien Youenn reprend son envol

Il y a une dizaine d’années au Portugal, à Lisbonne…

Ce témoignage de Youenn, jeune Artiste traumatisé crânien, a été rédigé à l’occasion d’un défi organisé par un groupe : «  Le but du Défibrutal, c’est de créer du contenu rapidement, en quelques heures, pour prendre confiance, créer un momentum (de l’élan), et devenir meilleur. Pas que ce soit parfait.». Pour rester dans la course il faut avoir réalisé l’épreuve du jour dans le temps imparti.

 

 Il y a une dizaine d’années à Lisbonne, un jeune professeur de Français qui aimait dessiner se vit offrir l’opportunité d’exposer ses dessins dans une superbe librairie centenaire au centre de la ville.

Rapidement, il eût du succès et se rendit compte qu’ il gagnait mieux sa vie ainsi , faisant ce qu’ il aimait (ne délaissant pas pour autant ses quelques heures de cours). Il aimait enseigner mais n’avait que peu d’heures. D’une exposition ponctuelle, ladite librairie lui proposa de rester et de disposer gracieusement comme atelier d’un étage d’une centaine de mètres carrés. Quel bonheur et quelle chance !!! Ni une, ni deux, il saisit l’occasion.

Tous les jours, gaiement, se balançant dans la rue, il traversait la ville à pieds se rendant à cet atelier inespéré pour y créer.

Passionné par la nature, hormis ses visages d’un trait (1), il dessinait des animaux toujours d’un trait. Comme il aime à dire, le zoo a été son école (car auparavant durant un an, il s’y était rendu quotidiennement pour apprendre à dessiner).

Il était très créatif, très vivant, très curieux, s’intéressant, lisant, débattant : les idées fusaient. Et tout lui souriait.

Puis il postula pour rejoindre un ami en résidence d’artistes à Porto, ainsi que pour animer un atelier collaboratif en 2012 à Guimarães alors choisie pour être Capitale Européenne de la Culture.

Ses candidatures furent acceptées, et début Novembre 2011 il entra en résidence à Porto.

 

Mais une nuit à Porto l’agression…

Mais une nuit, 2 jours après son arrivée, il se fit vraisemblablement agresser dans la rue, par qui et pourquoi, il ne le sut jamais et l’enquête policière ne permit pas de retrouver les responsables. Le crâne cassé, ainsi que quelques lombaires, le nerf optique sectionné etc… il passa environ 3 semaines dans le coma sous la bienveillance d’une super équipe médicale.

Au réveil, il ne comprit pas où il était, ni pourquoi ses parents étaient là.

Rapidement, il demanda un papier et un crayon pour vérifier qu’il savait encore dessiner de la sorte. Son trait était intact !!! Chouette, sa bonne étoile ne l’avait pas quitté, lui permettant de poursuivre sa passion, son don, fruit d’années de travail !!!

Peu de temps après en décembre, le voilà rapatrié vers sa Bretagne natale, dans un avion privé fourni par l’assureur: le luxe !!!

Il passe alors quelques mois en centre de rééducation pour personnes âgées, puis demande à en sortir pour s’adonner au dessin. De retour, chez ses parents, il se rend peu à peu compte de son handicap de traumatisé crânien : hyper sensibilité ( il ressent alors les choses X100 , alors cool quand c’ est positif, mais dès qu’ il s’ agit de stress , je ne vous le cache pas: c’ est l’ horreur ), fatigabilité, irritabilité, difficulté à trouver l’ élan et à se mettre à l’ ouvrage.

Le médecin de la Maison Départementale des Personnes Handicapées, lui accorde le statut de

travailleur handicapé et celui du RSI lui propose le statut d’ handicapé qui ne peut pas travailler (ce qui ne lui permettrait plus d’exposer) . Statut qu’il refuse donc, bien décidé à continuer le dessin et à pouvoir exposer…. et ne se voyant pas déjà mis à la retraite si jeune, du haut de ses 33 ans.

 

Je me décide d’apprendre à vivre avec mon handicap…

A cause de cela ou plutôt grâce à cela, il décide d’apprendre à vivre avec son handicap invisible (le connaître pour le dompter et le mieux possible), car bel et bien vivant certes, mais ni tout à fait le même, ni tout à fait un autre. Il rejoint un groupe de parole de traumatisés crâniens à l’AFTF22 et peut ainsi trouver compréhension près de personnes qui partagent les mêmes difficultés physiques et sociales

Il faut réapprendre à vivre, tout reconquérir, repartir de zéro… repassant l’enfance, l’adolescence, regagner peu à peu son autonomie et son indépendance, se créer un nouveau réseau social. Bref tout à rebâtir !!! Et peu à peu, il gagne en aisance et un jour il a la possibilité de faire une résidence d’artiste à 30kms de chez lui, à Saint Malo. Il postule en proposant comme thème la musique, thème cher à son coeur. Il est sélectionné , et le voilà parti pour se rendre, tous les jours là-bas en bus, n’ ayant pas alors récupéré le permis.

Ainsi, il se replonge dans le bain créatif et se reprend à se sentir vivant . Très belle expérience !!!

Il est vivant, essaye l’Art thérapie pour dépasser la colère et l’incompréhension de cette épreuve injuste.

Peu à peu, grâce au travail effectué lors des séances, sa colère passe et il regagne en esprit d’initiative.

Il rejoint alors un collectif d’artistes local avec lequel il expose les étés.

 

Mais c’est sans compter sur le côté fourbe d’un handicap invisible, car soi-même on l’oublie !

On vit comme si de rien n’était, on s’efforce, on ne respecte pas sa fatigue et la nécessité d’une bonne nuit réparatrice. Et, à cause de cela, même si les idées, projets et envies fourmillent et que le talent est là, pas la force de trouver l’élan de s’ y mettre, On se repose en décalé, on procrastine (2).

Jusqu’ à ce que finalement, on ait le déclic, de se respecter, d’être conscient qu’il est essentiel de ne jamais oublier cet invisible, et de le dompter en s’ imposant un rythme de sommeil, afin de ne pas retomber dans les méandres de la procrastination.

Et la découverte de ce défi brutal, tombe à point nommé. #défibrutal

Youenn

 

https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=10223522017785977&id=1455235891&sfnsn=scwspmo

 

  • (1) Dessiner d’un trait : signifie réaliser un dessin sans soulever le crayon de la feuille de dessin
  • (2) Procrastiner : toujours reporter à plus tard ce qui pourrait être fait aujourd’hui.

Visitez la galerie de Younnig

la galerie des photos de Youenn

 

Le dessin d’un trait : 3 minutes de vidéo pour réaliser…

https://m.youtube.com/watch?v=r6oBNaKVIDI&feature=youtu.be

 

Consultez d’autres témoignages

différents témoignages de traumatisés crâniens

 

Description du soutien réalisé par l’association cassetete22 Entraide TC

Le soutien d’ Entraide TC

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aller au contenu principal