Les troubles cognitifs : mémoire, attention, fonctions exécutives…

 

…Handicap invisible consécutif à un traumatisme crânien

 

Mémoire, Attention ou concentration, trouble du comportement, sont de manière simpliste les maîtres mots de notre handicap invisible aux multiples incidences au quotidien, suite à notre traumatisme crânien

 

Les diverses fonctions cognitives par l’AGNP- Québec

 

L’attention

L’attention est une fonction cognitive complexe qui fait référence à 3 capacités :

  • Être alerte face à son environnement.
  • Maintenir son attention sur une durée de temps appropriée pour son âge.
  • Se concentrer sur une tâche malgré ce qui se passe autour ou partager son attention entre plusieurs tâches simultanément.

Les fonctions exécutives

Les fonctions exécutives entrent en jeu dans chaque action orientée vers un but. Souvent comparées à un contremaître/chef d’orchestre, elles servent à coordonner efficacement les autres fonctions cognitives.

  • La mémoire de travail :capacité à maintenir et à traiter l’information mentalement dans le moment présent. Vous l’utilisez pour raisonner, faire du calcul mental ou comprendre des consignes multiples, par exemple.
  • L’organisation/planification : capacité à utiliser des stratégies efficaces, établir des priorités, anticiper et prévoir les étapes d’une tâche.
  • Inhibition : capacité à résister aux distractions ou à inhiber une réponse attendue ou un commentaire qui vous traverse l’esprit. On la compare souvent à un filtre/frein.
  • Flexibilité mentale : capacité à s’adapter à la nouveauté et aux changements.
  • Jugement : capacité à évaluer la meilleure solution face à un problème en fonction des buts à atteindre, des valeurs et des règles sociales. Il vous permet de prendre des décisions appropriées et d’adopter des comportements adaptés aux situations.
  • Autocritique : capacité à évaluer convenablement ses propres capacités et comportements, à être conscient de ses forces et ses faiblesses.

Les fonctions intellectuelles

Cet ensemble d’habiletés intellectuelles comprend des compétences verbales et visuelles, du raisonnement, ainsi que des mesures de la mémoire de travail, de la vitesse d’exécution et de traitement de l’information.

Les fonctions visuo-spatiales

Ces fonctions permettent de percevoir adéquatement les objets dans l’espace en déterminant leur orientation par les angles, la distance à laquelle se trouve un objet ou la direction dans laquelle un objet se déplace. C’est grâce à elles que vous vous orientez correctement dans un lieu, par exemple.

Les gnosies

Les gnosies réfèrent à la capacité à percevoir un objet grâce à nos différents sens, puis à le reconnaître. On parle de gnosie visuelle (vision), de gnosie auditive (ouïe) et de gnosie tactile (toucher). Généralement, les neuropsychologues limitent leur évaluation à la gnosie visuelle.

Le langage

Les fonctions langagières regroupent des habiletés divisées en 2 catégories : les habiletés réceptives (comprendre le langage parlé et écrit) et les habiletés expressives (parler et écrire).

Le langage oral

  • Les habiletés réceptives correspondent au décodage des mots et à la compréhension de phrases.
  • Les habiletés expressives correspondent à la dénomination, l’articulation, la fluence verbale, l’intonation, et la gestion de la syntaxe et de la grammaire.

Le langage écrit

On différencie les capacités de lecture des capacités d’écriture.

  • La lecture correspond à la capacité à décoder des mots grâce à deux voies distinctes.
    • La lecture du mot par découpage en graphèmes (plus petite unité de lettres qui forment un son) que vous traduisez en sons. Vous décodez les mots nouveaux de cette façon.
    • La reconnaissance du mot par sa forme globale et le contexte(la phrase). C’est la voie qu’utilise un lecteur compétent avec une lecture fluide et rapide par reconnaissance instantanée du mot lu. Vous lisez les mots irréguliers de cette façon.
  • L’écriture correspond à la maîtrise de l’orthographe et des règles de grammaire. Elle concerne également la maîtrise de la syntaxe, de la ponctuation, l’organisation du texte, et l’utilisation d’un vocabulaire adéquat.

La mémoire

La mémoire épisodique

Elle correspond aux informations mémorisées avec leur contexte de temps et de lieu, et se forme selon 3 processus :

  • Une information est d’abord encodée, donc enregistrée dans votre cerveau. Ce processus est influencé par l’utilisation de stratégies mnémotechniques, le niveau d’attention, et par certaines variables psychologiques (motivation, anxiété, dépression).
  • Pour être permanente, l’information est ensuite consolidée— donc stockée — dans votre cerveau en mémoire à long terme.
  • Enfin, quand vous voulez accéder à cette information stockée, vous devez la récupérer. La qualité des stratégies utilisées, certaines variables psychologiques et la qualité de l’enregistrement initial influencent cette récupération.

Dans cette mémoire épisodique, on peut aussi distinguer :

  • la mémoire rétrospective, qui réfère à des évènements passés.
  • la mémoire prospective, soit la capacité à se rappeler d’actions futures que l’on planifie effectuer (ex. : penser à vous arrêter à l’épicerie après le travail).

D’autres types de mémoire existent :

  • la mémoire sémantique: elle concerne les connaissances acquises (culture générale, vocabulaire) qui sont stockées sans référence à un contexte précis, donc sans référence à un évènement particulier de votre vie.
  • la mémoire procédurale: ce sont des « savoir-faire », des habiletés perceptives, motrices ou cognitives acquises par la pratique et qui se sont graduellement automatisées. C’est grâce à elle que vous apprenez à conduire ou à jouer d’un instrument.

Les praxies

Ces habiletés servent à exécuter des mouvements simples ou des séquences de mouvements de façon volontaire (ex. : praxies idéomotrices et idéatoires). Elles incluent la capacité à réaliser un dessin ou à construire un objet (praxies constructives).

La vitesse de traitement de l’information

La vitesse de traitement de l’information correspond au rythme auquel vous déclenchez et exécutez les différentes opérations mentales.

Accéder au dossier de l’association québécoise des Neuropsychologues : Les diverses fonctions cognitives. AGNP-QUEBEC

 

Une évaluation difficile des déficits cognitifs

Le professeur Azouvi présente une série de diapositives à propos des fonctions exécutives: 

  • L’évolution des théories au cours du 20e siècle.
  • La présentation des différents troubles cognitifs et des différents tests d’appréciation.

Une conclusion qui constate les difficultés de l’évaluation et invite à tenir compte du contexte, à prendre en compte le fonctionnement dans la vie quotidienne, et à utiliser des outils validés et fiables.

 les Fonctions executives Pr Azouvi

 

Comprendre la mémoire de travail

2 documents très pédagogiques des mêmes auteurs: Degiorgio C, Fery P, Polus B, Watelet A

Une brochure construite à partir de nombreux cas concrets et qui explique le fonctionnement de la mémoire de travail.

« La mémoire de travail (ou à court terme) permet à une personne de
disposer d’un espace de travail mental afin de maintenir des informations pendant une période de plusieurs secondes. »

“Elle apporte des éléments de réponse aux questions suivantes:

-En quoi consiste la mémoire de travail?

-Quand Intervient-elle?

-Comment fonctionne telle?

-Que se passe-t-il quand elle est altérée?”

comprendre la mémoire travail: exemples concrets

 

Comprendre les fonctions exécutives.

« Les fonctions exécutives correspondent aux capacités nécessaires à une personne pour s’adapter à des situations nouvelles, c’est-à-dire non routinières, pour lesquelles il n’y a pas de solution toute faite. »

« Comment ça marche ?
Le point commun entre les situations routinières et les situations nouvelles est de sélectionner une action dans un ensemble
d’actions possibles.
Une situation devient routinière lorsqu’elle se répète fréquemment dans notre vie quotidienne.
Par conséquent, la manière dont on y répond peut devenir, à force de répétition, automatique.
Lorsqu’on est à nouveau confronté à cette situation, cela active chez nous le schéma (ou scénario) d’action qui pilote l’action attendue.
Théo rentre chez lui en fin de journée. Il fait sombre à l’extérieur. Il ouvre la porte et appuie sur l’interrupteur pour éclairer la pièce.

Sam sort de la salle de bain. Il enfile une chemise et la boutonne.

Marion se met au volant de sa voiture et prend la direction de son travail. Elle monte sur l’autoroute.
Toutes ces actions sont routinières au sens où leur enclenchement s’effectue automatiquement. Sam n’a pas besoin de réfléchir à la manière dont il boutonne sa chemise. »

fonctions exécutives:exemples concrets

 

Le Centre de Réadaptation Fonctionnelle Neurologique Ambulatoire pour adultes (CRFNA)

C’est un lieu de traitement de personnes atteintes d’affections cérébrales et neurologiques.

La réadaptation a pour objectif l’indépendance la plus complète possible et vise à faciliter une réinsertion familiale, sociale voire professionnelle. 

Son site  http://www.crfna.be  est rès intéressant. Le centre se trouve sur le site de l’Hôpital Erasme au 806, route de Lennik à 1070 Bruxelles.

Merci à Marie pour l’info

 

“Handicap invisible… Le handicap cognitif et ses incidences dans la vie quotidienne”

Les fonctions cognitives recouvrent un champ très large ; Ce terme est largement employé mais l’expérience « des usagers » montre que derrière les mots, notre environnement médical et social a bien des difficultés à envisager les conséquences concrètes et l’impact au quotidien de ces séquelles, de ce handicap invisible.

Témoignage témoignage présenté à la MDPH 22 en nov. 2015 : https://www.cassetete22.com/handicap-cognitif-incidences-dans-la-vie-quotidienne/

Les vidéos sont bien adaptées dans la période suivant « l’accident »:  6 Vidéos- Comprendre et se faire comprendre après son traumatisme crânien ; témoignage.

 

TC : Outils de compréhension de notre handicap invisible Vécu, expériences, réflexions

Cassetete22 avec le concours de centaines de témoignages de traumatisés crâniens, blast, whiplash (coup du lapin), a réalisé un court document explicatif. Ces outils concernent les traumatisés crâniens légers (ou commotion cérébrale), mais également les traumatisés modérés ou graves, AVC,  cérébrolésés, qui conservent des troubles cognitifs.

Voir ou télécharger les documents:  Outils de compréhension de notre handicap invisible

 

L’Association cassetete22 Entraide TC est  à votre écoute

logo de l'association cassetet22 entraide TC

Vous ne vous sentez pas  entendu ou compris quand vous parlez de votre vécu de traumatisé crânien ou cérébrolésé, …vous voulez mieux comprendre un enfant, un conjoint….  L’Association cassetete22 Entraide TC  peut vous aider si vous le souhaitez.

Nous sommes un groupe de traumatisés crâniens « expérimentés » prêt à partager son expérience… forme de pair-aidance. Pour découvrir le soutien d’Entraide TC :  Le soutien d’Entraide TC en pratique

N’hésitez pas à prendre contact, nous sommes là pour vous.

 

 

Parce que seuls, nous ne sommes pas crédibles, à aucun niveau.

Participez à l’ Opération 10 000 signatures pour les TC « dits légers », modérés,graves…
Et signez
Lien ICI

 

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.