Ce que les enseignants doivent savoir sur les Traumatisés crâniens

 

Quoi faire, comment se comporter  après la commotion cérébrale ou TCC d’un élève

Une collaboration des enseignants avec les parents et le milieu médical pourrait aider les enfants à retrouver le chemin de la réussite à l’école !

Telle est l’invitation de l’université américaine de l’Oregon donnée aux enseignants qui leur suggère également de s’approprier les séquelles des commotions cérébrales et traumatismes crâniens

Son site brainline.org  est très riche d’informations utiles. Il est en anglais !!! les traducteurs automatiques permettent de rendre le texte compréhensible sans trop de difficulté…

Lire l’article complet  En classe: les traumatismes crâniens … ce que les enseignants devraient savoir

 

Problèmes comportementaux associés aux lésions cérébrales

Joan Mayfield RESUME:

Les enfants qui subissent un traumatisme crânien (TCC) peuvent présenter des déficits cognitifs importants. Ces déficits peuvent altérer considérablement leur fonctionnement en classe, ce qui nécessite des modifications académiques et comportementales. Les problèmes de comportement et sociaux peuvent être le résultat direct ou indirect d’une lésion cérébrale. Les difficultés à prêter attention, à rester concentré sur une tâche et à prévoir les conséquences des actions peuvent être associées à des problèmes de comportement (M. Ylvisaker, T. Feeney et F. Szekeres, 1998). Une évaluation neuropsychologique fournit des informations aux parents et aux enseignants sur l’étendue des déficits cognitifs de l’enfant et explique les forces et les faiblesses cognitives. Lorsque les enseignants reçoivent ces informations, ils sont en mesure de développer des stratégies appropriées pour optimiser la capacité de l’enfant à apprendre et à fonctionner en classe.

 

Les enfants traumatisés ont de nombreux troubles de fonctionnement.

Les enfants qui subissent des lésions cérébrales traumatiques (TCC) ont des troubles de fonctionnement dans de nombreux domaines, notamment neurologiques et endocriniens, neuromusculaires et orthopédiques, neurocognitifs et neuropsychiatriques (Guthrie, Mast, Richards, McQuaid et Pavlakis, 1999). L’étendue de ces déficits n’est pas entièrement comprise ou évidente immédiatement après la blessure. Même après une hospitalisation aiguë et une réadaptation, il est difficile de connaître le processus de rétablissement de l’enfant. Bien que le mot « récupération » soit fréquemment utilisé pendant le processus de guérison, l’implication peut être mieux exprimée avec le mot « amélioration ». Avec un rétablissement lié à un retour à la normale, les parents peuvent développer des espoirs irréalistes (Lezak, 1986). Immédiatement après la blessure, les parents se concentrent sur la survie de l’enfant et il se peut qu’ils ne soient pas en mesure de penser à d’autres problèmes physiques, moteurs, déficits cognitifs et comportementaux pouvant résulter de la blessure. De plus, il existe peu d’informations sur le processus de récupération ou le temps nécessaire pour récupérer.

 

Les parents sont souvent incapables d’entendre ou de comprendre ce qu’on leur dit

De plus, lorsque l’information est fournie dans un contexte aigu, les parents sont souvent incapables d’entendre ou de comprendre ce qu’on leur dit. Tout ce qu’ils savent, c’est qu’ils veulent récupérer leur enfant. Cependant, lorsque l’enfant entre dans un environnement éducatif, de nombreux facteurs affectent la façon dont l’enfant apprend et se comporte. Les enfants qui ont des déficits physiques évidents associés à leur TCC sont plus faciles à comprendre et des aménagements sont facilement fournis. Lorsqu’un enfant entre dans la classe en fauteuil roulant ou avec une marchette, nous, éducateurs, nous rappelons rapidement que l’enfant a subi des blessures. En revanche, lorsque les enfants sont apparemment adaptés à leur âge (p. marcher et parler sans déficits physiques évidents), il est facile de supposer qu’ils se sont complètement rétablis et qu’ils n’ont besoin d’aucune aide scolaire ou comportementale. Si l’enfant avait un plâtre sur la tête, cela lui rappellerait que l’enfant aura besoin de modifications, sur le plan scolaire et comportemental, pendant un certain temps.

Lire l’article complet: Considérations comportementales associées aux lésions cérébrales

Créer des partenariats école-maison efficaces.

Les approches pour gérer les comportements difficiles nécessitent des efforts constants dans divers contextes, c’est-à-dire à l’école, à la maison et dans la communauté. Lorsqu’un enfant présente un comportement très problématique à l’école, un partenariat solide entre l’école et la famille doit être établi pour maximiser l’efficacité des stratégies d’intervention comportementale. L’école et les parents doivent être conscients de l’importance d’établir un partenariat. Il est important que les écoles créent un système pour encourager la participation des familles. Les parents doivent également participer activement et positivement au programme de soutien au comportement de leur enfant à l’école.

Aider votre enfant à retourner à l’école avec succès

Nancy Hsu, Taryn Stejskal et Jeffrey Kreutzer, The National Resource Center for Traumatic Brain Injury, Virginia Commonwealth Model Systems of Care

Les plus grands défis auxquels les familles sont confrontées

Après qu’un enfant a subi une lésion cérébrale, les membres de la famille travaillent pour l’aider à retourner avec succès à l’école. Certains membres de la famille ont une idée précise des besoins de leur enfant. Le plus souvent, les membres de la famille sont incertains de leur rôle et de la meilleure façon de travailler en coopération avec les enseignants. N’oubliez pas que les enfants réussissent mieux lorsque les parents et les éducateurs communiquent, développent des objectifs communs et travaillent ensemble.

 

Nous avons préparé une liste de problèmes courants pour vous aider

Pour vous et les enseignants de votre enfant, à commencer à élaborer un plan de retour à l’école efficace. La liste décrit également les logements communs. Un « accommodement » est un changement de méthode d’enseignement ou d’environnement de classe pour aider votre enfant à apprendre. Passez en revue la liste. Discutez avec les fournisseurs de services de réadaptation et les enseignants de votre enfant pour voir quels éléments de la liste peuvent être les plus utiles. Les enseignants de votre enfant voudront probablement inclure au moins certains de ces aménagements dans son plan d’éducation.

Recommandations et aménagements pour les écoliers atteints d’une lésion cérébrale.

Lire l’article complet: Aider votre enfant à retourner à l’école avec succès

 

Intégration de la neuropsychologie suite à une lésion cérébrale traumatique

Résumé de l’article « Prévention de l’échec scolaire » . Peter L. Stavinoha,

Glossaire-   TBI: traumatisme crânien, TCC: traumatisme crânio-cervical,

Les traumatismes crâniens (TCC) ont le potentiel de perturber considérablement le fonctionnement cognitif, scolaire, social, émotionnel, comportemental et physique d’un élève. Il est important que les éducateurs apprécient l’éventail de difficultés que les élèves atteints de TBI peuvent rencontrer afin d’évaluer correctement les besoins et de créer un plan éducatif qui cible les besoins. Le but de cet article est de donner un aperçu des aspects neuropsychologiques du TBI et de leurs implications sur le rôle des éducateurs. L’auteur passe en revue les aspects physiques du TBI et résume les résultats neuropsychologiques. Tout en accordant une attention particulière aux variables de blessure qui influent sur les décisions d’évaluation.

La population concernée est très diversifiée de même que les perturbations

Les étudiants qui ont subi une lésion cérébrale traumatique (TCC) représentent une population diversifiée qui présente l’éventail complet des besoins éducatifs. Les lésions cérébrales comportent clairement le potentiel de perturber considérablement l’apprentissage d’un élève. Et les blessures affectent également des aspects du fonctionnement social, émotionnel, comportemental et physique. En raison de la nature diversifiée du TCC chez les enfants et les adolescents, et parce que des disciplines telles que l’éducation et la neuropsychologie n’interagissent souvent pas étroitement, ces étudiants posent un défi unique et parfois intimidant dans le cadre scolaire. Dans cet article, je donne un aperçu des aspects neuropsychologiques du TBI et de leurs implications pour le rôle des éducateurs. Je donne un aperçu des aspects physiques du TCC et discute des variables, telles que la gravité de la blessure et l’âge à la blessure. Je résume les effets du TBI sur divers domaines neuropsychologiques et aborde les défis associés à l’évaluation des besoins éducatifs. Enfin, je formule des recommandations concernant les stratégies d’évaluation ainsi que l’utilisation des informations recueillies lors de l’évaluation pour guider la prise de décision en matière d’intervention.

L’article complet:Intégration de la neuropsychologie dans la planification de l’éducation suite à une lésion cérébrale traumatique

 

L’Association cassetete22 Entraide TC est  à votre écoute                 

logo de l'association cassetet22 entraide TCVous ne vous sentez pas  entendu ou compris quand vous parlez de votre vécu de traumatisé crânien ou cérébrolésé, …vous voulez mieux comprendre un enfant, un conjoint….  L’Association cassetete22 Entraide TC  peut vous aider si vous le souhaitez.

Nous sommes un groupe de traumatisés crâniens « expérimentés » prêt à partager son expérience… forme de pair-aidance. Pour découvrir le soutien d’Entraide TC :  Le soutien d’Entraide TC en pratique

N’hésitez pas à prendre contact, nous sommes là pour vous.

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.